Avec un groupe d’habitants quasiment au complet et un permis de construire définitif, le projet CUB de Montreuil peut continuer sa route avec sérénité. Les trois derniers mois ont été mis à profit pour étudier en particulier le système constructif sans a priori, de manière à faire le choix le plus « éclairé » possible. C’est aussi l’heure des derniers arbitrages concernant le confort d’usage du bâtiment…

Après l’obtention du permis en février 2013, restaient encore deux mois d’attente, délai légal permettant le dépôt d’un recours contre le permis. Deux mois pendant lesquels il n’est pas vraiment possible de lancer l’opération sous peine de prendre des risques financiers, mais qui ne doivent pas non plus marquer un temps mort pour le projet. Pour le groupe d’habitants, c’est une période propice pour travailler sur le fonctionnement de la future copropriété. Pour la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre, l’agence d’architecture Méandre, c’est l’heure de finaliser le cahier des charges qui servira à lancer la consultation des entreprises (DCE). Une phase qui se prépare avec des pré consultations, notamment pour tout ce qui concerne le procédé constructif.

Le choix du système constructif :
un arbitrage qui ne doit pas être idéologique
Au cœur du projet architectural, le système constructif conditionne le type d’isolation, les performances thermiques et acoustiques, sans avoir forcément un impact sur l’apparence extérieure du bâtiment. Pour le CUB, notre objectif n’était pas de répondre a un parti pris de départ qui tiendrait de la carte postale : tout bois, tout solaire, etc. et que l’on s’interdirait d’interroger. Nous nous sommes au contraire obligés, et nous avons imposé la même obligation à la maîtrise d’œuvre et aux habitants, à argumenter nos propositions et à faire la démonstration de leur pertinence. Car si la maîtrise d’œuvre revendiquait les performances du bois, dans le même temps, des retours d’expérience pointaient ses faiblesses en termes d’étanchéité à l’air, les difficultés connues dans sa mise en œuvre, et un surcoût potentiel par rapport à une construction béton avec isolation par l’intérieur. Il était donc impératif d’aller au bout de l’exercice d’analyse des alternatives pour valider ou invalider notre choix initial.

Le système constructif en mur manteau ossature bois et fibre de bois est retenu
Trois solutions ont été étudiées par le bureau d’études thermiques Pouget Consultant : une solution béton avec isolation par l’intérieur, et deux solutions dans lesquelles le matériau lui- même est isolant, soit avec un type de béton particulier (Thermédia en l’occurrence), soit avec un mur manteau (voir ci-dessous). C’est cette dernière solution qui a été retenue pour plusieurs raisons : un gain de surface habitable non négligeable, environ 30m2 soit près de 3% de la shab, un bilan économique a priori très proche d’une solution traditionnelle en béton avec une isolation par l’intérieur, mais pour une consommation énergétique inférieure de 3,1 kWhEP/mSHON RT.